Après les grandes pluies de juillet et août 2021, tous les vignerons sont sur le qui-vive. En effet, en France, Suisse et au Luxembourg, pour ne citer qu’eux, la récolte des raisins semble être compromise par le fameux champignon : mildiou. La faute à l’humidité continuelle qui sévit en ce moment.

Plusieurs vignerons déclarent déjà que 30% de la production est perdue voire plus. Pour les plus optimistes, ils espèrent un retour du beau temps rapidement jusqu’au vendange et peut-être qu’ils pourront sauver l’année si les raisins restants sont bons.

 

  • Mais qu’est-ce que le mildiou ?

Il existe plusieurs maladies pour la vigne dont celle de type fongique comme : le mildiou, l’oïdium ou le black rot par exemple.

Le mildiou est une maladie très dommageable. Les attaques sur les grappes entraînent une diminution des volumes de production viticole. En cas d’attaque sévère, il peut même avoir un affaiblissement de la souche. La réduction de la surface des feuilles empêche aussi la bonne maturation de baies et la qualité gustative des vins est prétéritée.

Les conditions météo de cet été 2021 favorisent son développement. En effet, il lui faut un temps pluvieux, de l’humidité et une température clémente. Le champignon se trouve dans les sols pendant l’hiver sous forme d’œufs sur les feuilles tombées à terre.

Si le printemps est humide avec une température d’environ 11°C, les œufs commencent à germer. Le déploiement de la maladie s’opère et une contamination primaire survient. L’incubation est invisible pour les yeux humains si on regarde le dos des feuilles contaminées. Puis des taches blanches apparaissent sur la face interne des feuilles et des taches d’huile sur la face externe. La phase d’invasion (contamination secondaire) entre ceps est dès lors exponentielle. Ces cycles secondaires s’établissent en 5 ou 6 jours, en condition favorable (humidité et 25°C).

Le processus peut reprendre à tout moment si les conditions sont propices à son évolution.

 

  • Symptômes visuels :

Sur les feuilles :

Plage légèrement décolorée puis jaune à contours estompées, appelées : taches d’huile.

Par temps humide, les faces internes se parent d’un duvet blanc. Tandis qu’en automne, le mildiou mosaïque peut apparaitre sous forme de taches petites et polygonales.

Sur les grappes :

Les attaques tardives sur les baies formées produisent le faciès rot brun (marbrures brunes ou violacés sur les baies ainsi qu’une zone déprimée – le faciès-)

Les attaques précoces forment, eux, le facies rot gris.

Sur les rameaux :

La zone atteinte est rouge-brune et se couvre de fructifications en période humide. La forme la plus grave est l’apparition de crevasses longitudinales.

 

  • Comment le combattre ?

Mesures prophylactiques

  1. Limiter la vigueur de la vigne
  2. Eviter l’accumulation d’eau (bon drainage)
  3. Eliminer les pampres (jeune sarment avec feuilles et grappes près du pied du cep)

 

Mesures actives

  1. On peut utiliser le cuivre mais dépendant le produit (en fonction du lessivage de la vigne), cela peut être très toxique pour les sols et l’environnement. La règlementation est d’ailleurs stricte sur les quantités par ha et par an. Souvent, la culture bio le privilégie car le plus efficace par rapport à des produits alternatifs comme ceux à base d’argile sulfurées.
  1. Il y a évidemment les produits chimiques. Cependant ceux-ci ne sont efficaces que dans la phase prévention et peu dans celle curative. Il est important aussi de les choisir en fonction du lessivage des vignes. Il existe plusieurs catégories (de contact, pénétrants ou systémiques). Enfin, la persistance d’action des fongicides est d’environ 14 jours. Les cadences de traitement doivent être en phase avec la situation sanitaire des vignes.

Il est possible aussi qu’une attaque combinée avec l’oïdium apparaisse et dans ce cas, il faut multiplier les moyens de lutte.

 

  • Incidence sur le vin

Auparavant, on pensait que le vin n’était pas altéré en qualité seulement en quantité. Or aujourd’hui nous savons que cela n’est pas le cas.

Pour le blanc :

Le vin est plus acide, moins de gras, plus amère, moins floral et renforçant le côté végétal et minéral

Pour le mildiou de type rot brun, si l’attaque est supérieure à 10%, la qualité est clairement dégradée.

Pour le rouge :

Après une attaque de 5% de rot brun, la qualité se dégrade significativement avec perte de fruit, de gras et une augmentation de dureté des tanins et de l’acidité.

 

Soyons optimiste pour 2021 ; l’été tardif est là ! Avec sa chaleur et ses moments de partage entre ami∙es, en fin d’après-midi, à l’ombre des platanes…bonne soirée !

raisin avec mildiou